Travailler là où nous voulons vivre : pour une organisation des territoires plus efficace et plus équitable

Blog
La Fabrique de la Cité et sa présidente, Cécile Maisonneuve, accueillaient lundi 17 décembre Jean-Christophe Fromantin, maire de Neuilly-sur-Seine et auteur du livre Travailler là où nous voulons vivre – Vers une géographie du progrès (Editions François Bourin). Au programme, un dialogue autour des questions de la réorganisation des territoires et de l’aspiration des salariés au bonheur.

Pour Jean-Christophe Fromantin, le modèle actuel de concentration urbaine est désormais obsolète ; lui plaide pour une organisation des territoires plus équitable, un redéploiement géographique que les nombreuses innovations technologiques nous permettent aujourd’hui de mettre en place. Au centre de sa réflexion, il y a l’aspiration au bonheur des Français, désireux de fuir le stress et l’agitation des grandes métropoles pour goûter au calme et à la qualité de vie offerts par les villes moyennes.



Selon lui, les métropoles doivent être des lieux de rencontres et de connexions, mais pas des lieux de vie. Afin de tendre vers ce modèle, il propose un maillage territorial à l’opposé de la centralisation aujourd’hui à l’œuvre dans l’Hexagone : 350 villes moyennes satellites agencées autour de 8 pôles métropolitains très forts afin de revitaliser des territoires parfois délaissés et permettre dans le même temps aux Français de vivre enfin pleinement leur aspiration à autre chose. Jean-Christophe Fromantin en est persuadé, le numérique offre de nos jours cette possibilité du nomadisme. Et les entreprises devraient tirer profit de cette opportunité pour encourager leurs salariés à travailler là où ils veulent vivre au lieu de les disqualifier s’ils font ce choix.

Pour étayer son propos, le maire de Neuilly-sur-Seine cite l’exemple du Vermont : cet Etat américain a proposé il y a quelques années déjà à des entreprises new-yorkaises d’encourager le télétravail et de faciliter le déménagement de leurs salariés en offrant des primes de 10 000 dollars et une aide à la scolarisation des enfants. Une démarche couronnée de succès, indissociable toutefois d’une volonté et d’un projet politique forts. Sur ce point, Jean-Christophe Fromantin est catégorique : seule une vision politique affirmée, portée par des investissements réels, permettra de redonner vie à ces territoires désertés.

https://www.lafabriquedelacite.com/