Pour en finir avec la (fin de la) congestion urbaine

Communiqué de Presse
« Les villes s’en prennent aux bouchons avec le Big Data », « Des applications pour déjouer les bouchons sur la route », « La fin de la galère ». Le numérique est arrivé en ville avec son lot de promesses. Optimiser la ville, la rendre plus intelligente. Dans chaque fonction majeure de la ville, le numérique a été amené à jouer un rôle fondamental. Mais qu’en est-il pour la mobilité ? Si l’on a vu le développement de nouvelles offres de transports, l’annonce d’une disparition de la voiture et des embouteillages en ville n’a pas encore eu lieu. Pire, le numérique semble, sous certains aspects, avoir contribué à la congestion urbaine. C'est le constat que dresse La Fabrique de la Cité dans son rapport sur la congestion et le numérique, Pour en finir avec la (fin de la) congestion urbaine, publié jeudi 11 avril 2019 et téléchargeable en intégralité ci-après.

Le numérique a permis aux villes d’entrer dans l’ère de l’optimisation des infrastructures existantes. Cette nouvelle ère allait pouvoir relancer de nombreux combats comme la lutte contre la congestion, problématique inhérente aux grandes métropoles et à l’origine de nuisances altérant l’accessibilité, l’environnement et la qualité de vie en ville. Et pour cause, grâce à sa capacité à agréger de nombreuses données, créer de nouveaux services, construire des plateformes de mobilité, le numérique promet de résorber les embouteillages en ville en permettant aux usagers de mieux planifier leurs trajets, d’éviter les zones d’embouteillage ou encore d’abandonner leur voiture personnelle.

Depuis leur apparition il y a une dizaine d’années, ces outils numériques n’ont cependant pas fait disparaître la congestion. Paradoxalement même, le numérique a conduit à donner une nouvelle raison d’être à la voiture en ville en la rendant disponible et plus compétitive. Pendant ce temps, les métropoles s’ankylosent et certains habitants des zones les plus périphériques, captifs de l’automobile, voient leur mobilité dégradée, les contraignant parfois à la démobilité.

Pour comprendre pourquoi le numérique n’a pas résolu et ne résoudra pas la problématique de la congestion en ville, il faut revenir à la cause même des embouteillages : un déséquilibre économique entre l’offre en infrastructures et la demande de mobilité. Derrière les effets d’annonce des services numériques ambitionnant de réduire la congestion urbaine, il y a une réalité : rien ne semble pouvoir enrayer la lente progression des embouteillages en ville, pas même les technologies les plus intelligentes. Un tel constat appelle à une l’identification des solutions déjà éprouvées ou non, susceptibles de réduire la congestion.

La congestion urbaine survivra vraisemblablement à ces solutions numériques qui entendaient y mettre fin. Pour sortir de l’impasse actuelle dans laquelle nos villes se situent et dont seule la congestion urbaine ressort gagnante, il convient de dépasser la question du seul rôle des acteurs du numérique dans la réduction de la congestion et de voir en quoi le numérique pourrait constituer un support privilégié dans le développement d’outils plus efficaces (paiement à l’usage, etc.).

www.lafabriquedelacite.com