Puisant son inspiration dans le Paris des Faubourgs, ce Paris dense qui recèle mille trésors architecturaux, curiosités cachées et jardins clos, l’agence parisienne d’architectes Beckmann N’Thépé a imaginé un hôtel d’un genre nouveau. Au départ, un immeuble de bureaux des années 1990, auquel il était nécessaire d’insuffler les codes de l’hôtellerie de luxe pour un projet ambitieux. La vision : transposer les ruelles étroites du Paris des Lumières, ses cours d’immeubles intimistes et bucoliques au 21ème siècle. Pour cela, le studio Beckmann N’Thépé imagine une façade en bois et pierre de taille pour évoquer les authentiques échoppes parisiennes.

Parti architectural
L’hôtel « Parister » est situé dans un quartier touristique stratégique, plongeant directement le visiteur dans le « Paris des faubourgs ». Implanté dans une rue étroite, le bâtiment principal respecte la perspective historique : la nouvelle façade conserve les codes existants (gabarit, rythme des ouvertures, moulures, enduit clair), mais intègre un langage hôtelier grâce à l’élégance de stores noirs, l’ajout de bacs plantés, et la recomposition des vitrines du rez-de-chaussée – dans un ensemble en bois sombre. Depuis la rue, la vue pénètre jusqu’à l’intérieur de l’îlot en faisant découvrir une petite cour chaleureuse. L’idée est donc que l’hôtel s’ouvre sur la ville, aussi bien par son architecture que par son offre commerciale en lien avec les besoins quotidiens des habitants du
quartier.
Un ancien immeuble de bureaux a donc été complètement restructuré afin d’accueillir ce nouvel établissement parisien haut de gamme, avec comme point d’orgue la nouvelle cour centrale et l’extension résolument très contemporaine. Une expérience exceptionnelle est donnée à vivre au coeur de cette parcelle qui trouve ainsi intimité et nouvelle identité. Reliant les deux constructions, un jeu de passerelles métalliques décalées crée un esprit « Soho new-yorkais »,
surplombant un espace végétalisé : le « jardin de pluie ». D’immenses baies vitrées coulissantes profitent de cet agrément, et s’ouvrent sur une grande terrasse en bois en relation directe avec les espaces de réception. Cette ambiance « naturelle » se prolonge sur le bas de la façade de l’extension : de grandes lattes de bois brut verticales soulignent les volumes formés par les boîtes en suspension. Un aspect marbré légèrement incrusté de mousses donne un caractère unique et surprenant à l’ensemble. Ponctué de larges baies laissant deviner des espaces intérieurs baignés de lumière, il dialogue avec le rythme régulier des fenêtres de l’ancien bâtiment qui lui font face.

Enfin, l’accent a été porté sur le traitement des toitures, l’apport de terrasses et/ou de plantations généreuses qui donnent une richesse supplémentaire aux façades. Le végétal est ici la matière liant le contemporain avec l’histoire.

Aménagements intérieurs
Les aménagements intérieurs ont été conçus en même temps que l’architecture, afin de garantir une cohérence globale au projet. La nouvelle histoire de ce lieu donne à vivre un véritable univers « chic parisien », décalé, jouant sur des éléments de décoration très précisément choisis ou dessinés sur mesure.
Couleurs et matières s’associent en formant de véritables tableaux graphiques : du papier peint à la literie, des revêtements de sols à la robinetterie. Le métal se confronte aux tissus, le bois au verre…
Un travail précis sur l’éclairage et le mobilier participe de cette ambiance domestique forte qui se retrouve également jusque dans les espaces de bien-être.

Démarche environnementale
– isolation par l’extérieur (extension)
– système de jardin de pluie mis en oeuvre dans la cour (récupération des eaux de pluie dans la cour)