« Archipel » : une nouvelle vision de l’ensemble mixte

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/henrycon/www/wp-content/themes/henry/single-communiques.php on line 100

31 mars 2017

Coldefy & Associés Architectes Urbanistes (CAAU). Dans le cadre de l’appel à projets lancé par la SPL Euralille, Coldefy & Associés a été sélectionné pour la phase finale du concours, face à MVRDV, OMA, et Philippe Chiambaretta. Le projet, développé en partenariat avec 3XN, Topotek et Altaréa Cogedim, présente un ensemble ambitieux et protéiforme de bureaux, commerces et services, dessinant un nouvel écosystème au cœur d’Euralille. Une démarche de réflexion collaborative au service d’une architecture de qualité pensée pour les usages de demain.

Archipel ou la nouvelle incarnation du vivre-ensemble : une ville inclusive et fluide

« Archipel » propose une nouvelle vision de l’ensemble mixte, c’est un concept de « non tour », fondé sur l’observation du territoire et la nécessité de réinterpréter la densité et la communauté en injectant de l’activité humaine de plusieurs façons : par l’approche contextuelle, par l’organisation programmatique, par les espaces interstitiels ou bien encore par l’expérimentation de l’architecture.

L’agence française Coldefy & Associés Architectes Urbanistes a mené cette réflexion dans le cadre du programme Eurallile 3000 qui, dans les années 1990, prévoyait la construction d’une série de tours. Seules deux tours au-dessus de la gare ont été bâties. Et aujourd’hui, le quartier d’Euralille est perçu comme une juxtaposition de grandes infrastructures dynamiques telles que les Gares, le centre commercial, le casino ou encore les grands immeubles tertiaires monumentaux de Vasconi, Portzamparc et autres… qui peinent encore à se liaisonner de manière durable.

Un lot a toujours été préservé, le lot 10.6, afin d’y construire une éventuelle troisième tour. L’analyse fine du contexte a conduit l’équipe d’architectes vers d’autres perspectives.

Le parti pris architectural : l’Archipel urbain

La caractéristique majeure de la parcelle à construire est d’être limitrophe du parc des Dondaines et de pouvoir aujourd’hui être une extension de ce parc. Les équipes de Thomas Coldefy et Isabel Van Haute, en partenariat avec 3XN, Topotek et Altaréa Cogedim, ont inscrit leur proposition dans la définition même d’un Archipel : Ensemble d’îles disposées en groupe et qui, de fait, forment une unité géographique.

Ce projet fait le pari de morceler son programme mixte composé de bureaux et de commerces en un archipel urbain constitué de six bâtiments. En d’autres mots, c’est un projet de « non tour » qui dépasse le scénario traditionnel du quartier d’affaires — qui juxtapose souvent de grandes infrastructures comme les gares, le centre commercial, le casino et les grands immeubles tertiaires. L’archipel génère un écosystème et constitue aussi une prolongation du parc des Dondaines voisin. Son sol recrée un lien contextuel et d’usage entre le parc, l’espace public et les bâtiments, en proposant une nouvelle géologie plus connectée au quartier. Les toitures se transforment pour leur part en œuvre de « Land Art » avec des arbres plantés en couronne des bâtiments. Au centre des six volumes se dessine une rue intérieure surmontée d’une canopée qui abrite les usagers des lieux. Celle-ci peut évoluer en espace événementiel pour les petits déjeuners inter-entreprises, les conférences des uns et les showrooms des autres. Les bureaux sont ouverts et connectés, et garantissent l’évolutivité de leurs espaces en fonction des changements conjoncturels du monde du travail qui tend à s’hybrider toujours davantage, particulièrement aujourd’hui.

La ville inclusive, à taille humaine

Conçu de manière « orchestrale » comme une petite ville dans la ville, une éco-cité, parfaitement indentifiable, lisible dans ses différentes silhouettes, l’individu qui travaille ici n’est pas considéré comme un numéro mais s’identifie en se différenciant de son voisin. « Nous y avons injecté des strates d’interactivités humaines et sensorielles par la création de terrasses, de multiples interférences avec la nature, de passerelles collaboratives que nous concevons comme de multiples prétextes aux rencontres. » souligne Thomas Coldefy.

Enfin, l’ilot n’est plus perçu ici uniquement comme une « fonction urbaine » mais doit réveiller les plaisirs de la ville et participer à la perception poétique du public de la ville : « les arbres que nous plantons sur les toits telle une pièce de « Land Art » distingueront de manière sensible la silhouette du projet dans la ville ou la verticalité n’est pas fatalement fabriquée de verre, de béton ou d’acier. C’est cette nouvelle typologie urbaine que nous qualifions d’archipel urbain comme un souhait d’appartenir à une géographie », concluent à l’unisson Thomas Coldefy, Jan Ammundsen (3XN) et Lorenz Dexler (Topotek).

Maitrise d’ouvrage : SPL Eurallile
Maitrise d’œuvre
Promoteur : Altéréa Cogedim
Mandataire : Coldefy & Associés
Architecte associé : 3XN
Architecte – paysagiste associé : Topotek
Surface : 31000m2

Concours Mars 2017 – 2ème prix


Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/henrycon/www/wp-content/themes/henry/single-communiques.php on line 133