Bâtiment - Pont "Panorama", Marc Mimram Architecture & Ingénierie

Architecture

Reconquête des infrastructures et domesticité des bureaux : ce bâtiment-pont, unique en France, entièrement en charpente métallique, enjambe le faisceau ferroviaire de la gare d’Austerlitz sur près de 60 mètres.

Entre l’avenue de France et la Halle Freyssinet coule le fleuve ferroviaire, dans les variations de largeurs et de contraintes. Ici au droit du bâtiment Panorama, la portée sans appuis intermédiaires possible est de 58 mètres. Partout ailleurs, les bâtiments qui se développent au-dessus du réseau ferroviaire ont été implantés sur une dalle épaisse, une table de béton sur laquelle peut s’installer de manière aléatoire et indéfinie préalablement, n’importe quel assemblage de bâtiments contenus dans les règles d’urbanisme. Les urbanistes ont abandonné la « tabula rasa » pour la « tabula nova » ; une dalle en attente d’urbanisation. Ce dispositif est irrationnel et peu économe. Mais il ne peut être transposé au droit du projet car la portée y est trop importante et les appuis intermédiaires impossibles à moins d’une restructuration fort onéreuse du plateau ferroviaire.

Notre proposition inverse le processus : Au lieu de s’installer sur une dalle en attente, nous avons proposé de suspendre la dalle de couverture des voies ferrées au bâtiment-pont. Cette hypothèse nouvelle modifie l’équation économique et permet d’intégrer le coût de la structure invisible de la dalle dans la superstructure du bâtiment. Et par la même de requalifier son architecture au regard de cette disposition géographique particulière.
Le bâtiment ainsi projeté devient un bâtiment pont appuyé de part et d’autre du plateau ferroviaire à 58 mètres de distance, ses 16 000 tonnes suspendues au-dessus des trains. Mais ce dispositif structurel est libérateur et permet de transformer la contrainte gravitaire en une situation d’usage particulière.

La structure nécessaire au franchissement donne une grande liberté de forme à l’enveloppe et permet, selon les opportunités spécifiques du site et aux vues qu’elle offre, de disposer de lieux d’usage adressés au paysage urbain environnant : balcons filants, open-space double hauteur, terrasse, cadrage.

(Dossier de presse complet téléchargeable ci-après)

Marc Mimram Architecture & Associés développe avec Marc Mimram Ingénierie une activité en France et à l’international.

Marc Mimram Architecture & Associés développe des projets emblématiques et aborde de nombreux champs de la construction. L’agence a été consultée sur des sujets de rang 1 tels que le Carreau des Halles, le TGI de Paris et l’ENS de Cachan. Elle a également réalisé des ouvrages d’art : la couverture de l’A86 à Vélizy, le pont Jin Liu Lu à Singapour (CH), le franchissement du Danube à Linz (AU), la passerelle à Bath (UK), la gare TGV Montpellier Sud de France, le franchissement urbain à Pleyel, le macro-lot C1 à Bordeaux, le prolongement de la ligne 11 du métro à Paris. La particularité de l’agence réside dans une double expertise : celle de l’architecte concepteur, porteur d’une narration et d’intentions sur l’usage et la forme, et celle de l’ingénieur et du constructeur assurant la maîtrise de sujets techniques complexes. Toutes deux sont assumées en une seule approche et une même attitude au service du projet. Cette production est régulièrement saluée et récompensée. L’agence a reçu le Prix de l’Équerre d’Argent et a été lauréate du prestigieux Prix Aga-Kahn.

Dans son travail sur les projets d’infrastructures comme dans ses réflexions sur les problématiques urbaines, Marc Mimram Architecture & Associés s’intéresse à la question du territoire et de la géographie, comme préalable à toute intervention sur les échelles métropolitaines. Son attention pour les sujets de territoire, et notamment sur la place des infrastructures dans les grandes métropoles, est également un axe de travail théorique mené dans le cadre de sa mission de conseil scientifique du Grand Paris, aux côtés de François Leclercq et d’Yves Lion. Celui-ci donne une acuité toute particulière au traitement de la mutation des territoires de la Suburbia que la métropole redonne à voir, à comprendre et à qualifier.
Fondée en 1992 et installée dans le 11e arrondissement de Paris, dans d’anciens ateliers entourant une cour paysagée, l’agence compte une quarantaine de collaborateurs. En 2016, Guillaume André, Martin Fougeras Lavergnolle, architectes, et Razvan Ionica, ingénieur des ponts et chaussées, tous trois directeurs de projets, sont devenus associés de la structure afin de garantir sa pérennité comme son développement.